• Petites fioles féeriques

    Petites fioles féeriques

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Petites fioles féeriques

     

    Petites fioles féeriques

     

    Petites fioles féeriques

    Petites fioles féeriques

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    missdior Profil de missdior
    Samedi 31 Mars 2012 à 03:48


    Amour à l'envi.


    Il ne reste plus rien à inventer aux lois
    De l'amour, de la guerre et de la haine aussi.
    La barbarie a son pesant de bon aloi,
    Sur le peson d'argent des belles conneries.


    On pourrait croire ainsi l'humanité finie,
    Achevée, comme belle oeuvre d'un horloger,
    Si l'on écartait les plus belles avanies,
    Qu'à chaque époque, l'homme sait mieux se créer.


    Le bonheur ne peut se forger d'indignation.
    Il naît d'éphémères certitudes d'amour,
    Sur les plages du temps, aux rides émotions,
    D'un pli d'humaine chaleur au manteau des jours.


    Il demeure' qu'il nous reste à inventer l'amour,
    Sans rites ni prières aux coins des soupirs,
    Quand rien n'est plus précieux, au fil de nos détours,
    Qu'un regard bienveillant au tortueux désir.


    Accepter de ne rien posséder de l'autre,
    Que ce tourment de désir à jouir de lui,
    Aux limites partagées, là où se vautrent,
    Sur nos pulsions, nos jouissances à l'envi.


    Rester nu de la seule impuissance d'aimer.
    Se savoir désiré, unique entre milliards.
    Du chaos chance jouir de félicité,
    D'être du verbe secret le frêle avatar.


    Tout est encore' à découvrir de ce monde,
    Parmi les galaxies froides de leurs courbes,
    Sur les barbares inventions trop immondes,
    A transcender nos pulsions de désirs fourbes.


    Un temps nouveau est advenu, d'humanité
    Des milliards, dans les espaces technologie,
    Où l'amour garde son rythme synchronisé,
    Pour ouvrir les pages de nos belles orgies.


    Nous épuiserons nos ressources désir,
    Jusqu'à plus soif, dans l'atonie sèche du temps,
    Au désert aride et morcelé du plaisir,
    Permanente agonie de l'amour inconstant.


    Jean-Marc Buttin

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :